On n’est jamais à l’abri d’une erreur niaiseuse !

Dans le précédent billet, je vous parlait de mon problème de connexion au serveur qu’on venait de me prêter. Je viens vous donner des nouvelles sur ça, puisque j’ai réussi à me connecter sans avoir à passer à Ubuntu Lucid !

À force de tester…

En faisant des recherches sur le « bug » sous Jaunty dont j’en avais entendu parler dans une page de la doc Ubuntu sur l’utilisation de VNC, je remarquais que ceci n’était pratiquement pas documenté pour PuTTY sous Jaunty. C’était donc signe que quelquechose clochait.

Je me disais donc « et si je lançais un dpkg-reconfigure sur le paquet putty ? » C’est donc ce que j’ai fait après avoir sauvegardé une copie de mon dossier .putty (je ne savais pas si ça allait l’effacer ou non).

En réessayant, au lieu de recharger la session que j’avais enregistrée, je ré-rentrais les infos pour la connexion à partir du courriel que celui qui m’a prêté le serveur m’a envoyé, puis cette fois… Bingo ! J’arrive à me connecter !

Mais après, restait la question suivante : « Où c’est que ça a coincé ? »
Soit c’était le dpkg-reconfigure qui a réglé le problème, soit c’était le fait d’avoir laissé les effets graphiques désactivés, soit c’était autre chose.

J’essayais donc en réactivant les effets graphiques, puis en me connectant avec la nouvelle session qui fonctionne : j’arrive à me connecter.

Un petit détail fait toute la différence !

Il ne restait donc qu’un dernier détail à vérifier : Qu’est-ce qui différait ces deux sessions ?
Puisque les infos sont stockés dans des fichiers texte, je lance donc TkDiff et compare le fichier de l’ancienne session avec celle de la nouvelle pour me rendre compte que l’IP stockée était différente !

En effet, pour les premières tentatives, j’avais pris l’IP qui avait été posté dans le message privé envoyé depuis le forum QuébecOS. Puis pour les tentatives qui ont marché, j’avais pris l’IP contenu dans le courriel, et je n’avais pas remarqué du tout que ces deux IPs étaient différentes sur les deux dernières valeurs !

Comme quoi il suffit de pas grand chose pour que ça ne marche pas, et qu’il faut être attentif au moindre changement d’IP ! Je viens donc de l’apprendre à partir de cette erreur niaiseuse et du coup, je peux maintenant respirer en sachant que le passage vers le lynx devient moins pressant !

Ce contenu a été publié dans Linux et logiciels libres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à On n’est jamais à l’abri d’une erreur niaiseuse !

  1. Nils dit :

    Hello Miss Ishimaru !

    Au risque de paraître un peu « vieille école », je suis très surpris de lire que pour accéder à un serveur Linux depuis un client Linux, tu utilises VNC et PuTTY. OpenSSH reste l’outil le plus formidable que je connaisse dans l’administration des OS libres, et Netfilter (iptables) est un excellent pare-feu pour Linux, restreindre l’accès à une adresse IP ou un groupe d’adresses (dans le cas d’une adresse IP dynamique) peut se faire en quelques lignes.

    A moins que le service proposé ne soit le bureau à distance, je trouve qu’installer un environnement de bureau et VNC sur un serveur est une hérésie :
    - de nombreux paquets installés, autant de failles possibles;
    - autant de paquets à mettre à jour, pas forcément pour la sécurité, ce qui allonge la procédure de mise à jour, car des paquets en supplément à télécharger;
    - autant d’espace disque consommé en plus !

    OpenSSH est une véritable merveille, j’ai passé pas mal de temps à jouer avec sa configuration, ses possibilités sont presque sans limite !

    Nils, aka « Da QuebecOS sysadmin »

  2. Ishimaru dit :

    Apparamment, je me suis (encore) mal exprimée… Je n’utilisais pas VNC, mais bien SSH !

    Esseie de taper « putty écran figé Jaunty » sur google, et tu verras dans les premiers résultats la page de doc sur VNC où dans le descriptif du résultat de recherche, il y avait « putty », « jaunty » et « figé ». J’avais donc fait le lien à partir de cette page et ça m’avait donc induite en erreur !

    J’aurais pu utiliser OpenSSH au lieu de PuTTY… Seulement, on m’avait en premier donné une clé au format .PEM, ce qui selon mes recherches est un format SSL, et je trouvais peu de documentation sur l’utlisation de ce format sous OpenSSH, ou sa conversion en .pub ! De plus, je n’arrivais pas à lancer Puttygen, donc celui qui m’avait prêté le serveur me l’avait donc converti !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Spam Protection by WP-SpamFree